Le gouvernement congolais conteste la vente de la filiale de Société Générale à Vista

Le gouvernement de la République du Congo a exprimé son refus catégorique de reconnaître la vente de la filiale nationale de la Société Générale au groupe Vista, en raison de l’absence de droit de premier refus accordé à l’État congolais. Le ministère des Finances congolais s’est dit surpris par l’annonce de la Société Générale et envisage de prendre des mesures légales pour contester cette transaction.

Le gouvernement congolais a réagi vivement à l’annonce de la Société Générale concernant la vente de ses filiales au Congo Brazzaville et en Guinée équatoriale au groupe Vista, sans lui accorder le droit de premier refus. Dans un communiqué officiel daté du 12 juin, le ministère des Finances a dénoncé cette démarche et considéré l’accord de cession comme nul.

La Société Générale avait conclu un accord le 8 juin pour vendre ses filiales africaines, dont Société Générale Congo, détenue à hauteur de 93,5% par la banque française. Cependant, le gouvernement congolais affirme avoir été informé de cette vente envisagée, mais avait expressément demandé à la Société Générale de suspendre toute décision afin d’exercer son droit de premier refus.

Un responsable du ministère congolais des Finances a confirmé l’authenticité de la déclaration, soulignant que le gouvernement avait été tenu au courant de la vente projetée, mais qu’il avait clairement exprimé sa volonté de préempter cette transaction. Cette décision laisse entrevoir un possible recours judiciaire contre la Société Générale pour non-respect de la législation congolaise.

La Société Générale, de son côté, a tenté de calmer les tensions en affirmant dans un communiqué officiel que l’État congolais avait été informé et que les autorités de régulation locales et régionales avaient été mises au courant de la transaction. La banque a également précisé que la finalisation de la vente, prévue d’ici la fin de l’année 2023, était soumise à l’approbation des organes de gouvernance, aux conditions habituelles et à la validation des autorités financières et réglementaires compétentes.

Cette controverse met en lumière les relations complexes entre les entreprises internationales et les gouvernements locaux en Afrique, où les droits de préemption et la préservation des intérêts nationaux sont souvent des enjeux sensibles. La République du Congo entend faire valoir ses droits et protéger ses intérêts économiques en contestant la vente de la filiale de la Société Générale au groupe Vista. L’issue de cette affaire dépendra des recours juridiques éventuels et de la volonté des parties de parvenir à un accord mutuellement acceptable.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *