Ghana : La compagnie publique d’électricité doit près d’un milliard $ à ses fournisseurs

La dette a cru d’environ 100% en une année sans que les remboursements n’augmentent proportionnellement. Avec la chute du cedi, les pertes de revenus destinés aux fournisseurs d’électricité s’amplifient.

La compagnie publique d’électricité du Ghana (ECG) doit environ 996 millions $ aux producteurs d’électricité indépendants (IPP) chez qui elle achète l’énergie fournie aux populations. Cette somme représente les arriérés accumulés entre 2021 et 2022. La dette oscillait autour de 400 millions $ à un moment donné de l’année écoulée, avant de doubler au cours des mois suivants.

Entre janvier et septembre 2022, l’ECG a payé 545 millions $ sur 1,5 milliard $ d’arriérés. Avec la chute du cedi actuellement considéré comme la monnaie la moins performante au monde, les IPP s’inquiètent des pertes qu’ils enregistreront. « Le problème est qu’en regardant la chute libre du cedi (…), nous finirons par faire beaucoup de pertes de change » avait indiqué en mai dernier Elikplim Kwabla Apetorgbor, directeur général de la Chambre des producteurs, distributeurs et gros consommateurs indépendants d’électricité du Ghana (CIPDiB).

L’ECG elle-même ne parvient pas à rentabiliser ses services. L’entreprise souffre d’une faible perception de recettes, ce qui l’empêche de payer à temps ses fournisseurs. Selon le ministre de l’Énergie, Matthew Opoku Prempeh, cette situation fait perdre à l’ECG plus de 225 millions $ par an. À ce rythme, la dette de l’entreprise risque de devenir insoutenable.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *