COP 27 : Le Gabon et d’autres pays s’engagent à préserver les réserves vitales de carbone et de biodiversité

Ces différents espaces servent à la captation du CO2 émis dans l’atmosphère. Les dirigeants du monde entendent leur conférer un statut particulier international et financer leur conservation dans les pays absorbeurs de carbone.

Le Gabon et le Costa-Rica viennent de remporter une bataille en faveur de la protection des forêts. Les dirigeants du monde présents en Égypte pour la COP 27 se sont réunis hier dans le cadre de l’Événement One Planet. Leurs échanges ont porté sur la nécessité de protéger les puits à carbone de la planète. Les pays participants, dont les États-Unis et la Chine, ont manifesté leur volonté commune de lancer de nouveaux partenariats pour le climat et la biodiversité.

Nommé Positive Conservation Partnerships (PCP), ce projet permettra de conférer aux réserves vitales de carbone et de biodiversité, un statut particulier au niveau international. Parmi ces réserves, on peut citer les forêts anciennes, les tourbières et les mangroves. Ces espaces couvrent moins de 14 % de la surface de la Terre et abritent 91 % des habitats des espèces invertébrés. Ils concentrent également 75 % du carbone irrécupérable qui pourrait être libéré dans l’atmosphère si ces réserves vitales sont détruites. D’où la nécessité de ces nouveaux partenariats internationaux.

Ces derniers permettront de nouer des contrats politiques et financiers avec les pays abritant des réserves vitales comme le Gabon. Faut-il le rappeler, le territoire de ce pays d’Afrique centrale est couvert à plus de 88 % de forêt. Il absorbe annuellement 100 millions de tonnes de carbone et présente l’un des meilleurs bilans carbone au monde. Grâce aux PCP, le Gabon et les nations disposant d’énormes forêts recevront l’aide financière et technique nécessaire pour la conservation de leurs espaces verts.

Outre le Gabon et le Costa-Rica, d’autres pays comme la Colombie et les Philippines ont affirmé leur volonté de s’engager dans les PCP. Le Bezos Earth Fund s’est engagé à soutenir ces partenariats et à investir 1 milliard $ dans la conservation des réserves vitales et de biodiversité d’ici 2030. Un sommet One Planet se tiendra en mars 2023 à Libreville pour discuter des enjeux forestiers. L’accent sera notamment porté sur la préservation des forêts tropicales comme celle du Bassin du Congo, poumon de l’Afrique.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *