Extrême-sécheresse

L’Afrique du Nord court un risque « très élevé » de pénurie d’eau et de nourriture

Le rythme du réchauffement climatique dans la région est plus élevé que dans le reste du monde. La zone sera confrontée à des sécheresses prolongées et à un manque de nourriture.

L’Afrique du Nord et le Moyen-Orient (MENA) courent un risque « très élevé » de pénurie d’eau et de nourriture, selon Greenpeace. L’ONG a averti la communauté internationale sur le danger auquel s’expose la région à cause du réchauffement climatique. Le phénomène sévit davantage dans cette zone que dans le reste du monde, soit 0,2 degré de plus que la moyenne globale.

D’après les experts, les températures pourraient monter jusqu’à 56 °C. La région connaîtra des « sécheresses prolongées » qui auront des impacts dévastateurs sur l’agriculture et l’approvisionnement alimentaire. Les personnes vivant du secteur agricole seront gravement touchées et des millions d’entre elles basculeront dans l’extrême pauvreté. 400 millions d’habitants du monde arabe pourraient être confrontés à des conditions extrêmement difficiles. Greenpeace tire une fois encore la sonnette d’alarme sur l’urgence et la nécessité de se détourner des sources fossiles pour la réduction des gaz à effet serre.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *