L’Afrique du Sud risque de perdre les 8,5 milliards $ promis par les nations riches

Les autorités sud-africaines veulent faire du pays, un grand constructeur de véhicules électriques. Une ambition que ne partagent pas les pays riches s’étant engagés à l’aider pour sa transition verte. À quelques semaines de la COP 27, l’accord devant acter le décaissement des 8,5 milliards $ pourrait être révoqué.

Le gouvernement sud-africain nourrit l’espoir de faire du pays, un important constructeur de véhicules électriques sur le continent. Il a élaboré un plan triennal de 3,9 milliards $ qu’il a présenté à ses partenaires financiers. Bien qu’officieux pour l’instant, ce programme prévoit de capter près de la moitié de l’aide des pays riches pour développer l’industrie de la construction automobile électrique. Ces derniers ne semblent cependant pas le valider, selon des sources proches du dossier. Ils n’entendent pas financer ce projet, mais pourraient fournir des subventions pour des études.

L’accord de départ prévoyait que l’enveloppe des pays riches ne serve qu’à soutenir la transition énergétique de l’Afrique du Sud. Plus précisément, elle devrait permettre de fermer les centrales à charbon du pays africain et de promouvoir l’énergie renouvelable. L’objectif étant de réduire les émissions à effet de serre de l’Afrique du Sud. Faut-il le rappeler, la nation arc-en-ciel est le premier pays pollueur d’Afrique et le 12e au monde. Les nations riches impliquées dans cette aide sont les États-Unis, l’Allemagne, la France, l’Union européenne et le Royaume-Uni. Elles devraient acter le décaissement des fonds à la COP 27 d’Égypte.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *