Shell ouvre une enquête sur le pipeline illégal qui détourne le pétrole nigérian de ses installations

Le DG de la NNPC a révélé la semaine dernière qu’un oléoduc de 4 km transportait du brut volé au niveau du pipeline Trans-Escravos. Cette connexion illégale détourne des milliers de barils de pétrole nigérian chaque jour. Elle serait l’une des causes pour lesquelles le pays n’est plus en mesure de respecter son quota à l’Opep.

Shell Plc enquête actuellement sur la connexion illégale qui a été réalisée sur l’une de ses infrastructures de transport de pétrole. La compagnie anglo-néerlandaise cherche à « déterminer vers où ce pipeline irrégulier achemine le brut volé sur ses installations ». Ces investigations ont été diligentées suite à l’annonce du directeur général de la Nigerian National Petroleum Corporation Limited (NNPC Ltd).

Mele Kyari a révélé la semaine dernière qu’un pipeline de 4 km volait du pétrole brut sur l’oléoduc Trans-Escravos de Shell et le transportait vers des installations qui seraient exploitées par la major elle-même. La société nie toute implication officielle dans ce vol de brut. Elle « condamne les actions de toutes les parties impliquées dans ces activités illégales ».

Elle salue également « les activités du gouvernement fédéral du Nigeria visant à empêcher ces pratiques de vol ». Pour rappel, plus d’une centaine de milliers de barils de pétrole sont volés chaque jour au niveau des oléoducs nigérians. Ils sont détournés vers le marché noir par la contrebande, ce qui fait perdre des milliards $ à l’État.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *