« Bien mal acquis » : La justice française saisit un hôtel appartenant à Christel Sassou Nguesso

Pas moins de 5 membres de la famille du président congolais sont poursuivis pour l’affaire des « biens mal acquis ». Le ministre Denis Christel est cependant celui qui revient le plus souvent. Pour son avocat, il s’agit d’un acharnement purement « politique ».
Un hôtel particulier de Denis Christel Sassou Nguesso, fils du président congolais, a été saisi par la justice française. Cette confiscation s’inscrit dans le cadre de l’affaire des « biens mal acquis ». L’immeuble en question a été acheté en 2009 à 5,2 millions d’euros. Il a ensuite été réhabilité à plus de 5,4 millions d’euros, rapporte Le Monde. Le nom de Christel a déjà plusieurs fois été cité dans cette affaire qui cible les familles des dirigeants africains. Selon le parquet national financier (PNF), l’enfant du président du Congo-Brazzaville mène un « train de vie hors norme ».

D’après William Bourdon, avocat de Transparency International, « le montant des avoirs saisis, certes, n’est que la face très modeste d’un océan de détournements, mais Denis Christel Sassou Nguesso en est un acteur de premier plan ». L’avocat de l’accusé estime par contre que cette affaire de « biens mal acquis » est purement et simplement « un dossier politique et non judiciaire ». « Je suis scandalisé que la France, avec son passé de grande puissance esclavagiste et coloniale, vienne aujourd’hui chercher des responsabilités aux dirigeants africains » a-t-il fustigé. Dans ce dossier, pas moins de 5 enfants de l’actuel président congolais sont poursuivis.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *