Missambo_Gondjout

Gabon : Guerre au sein de l’Union Nationale à un an de la présidentielle

L’Union nationale (UN) est actuellement confrontée à la pire situation de son histoire. D’un côté Paul-Marie Gondjout et de l’autre Paulette Missambo. Si le premier a perdu l’élection à la tête du parti, il vient de remporter une victoire auprès de la plus haute juridiction gabonaise qui a rejeté la demande de son adversaire visant à l’évincer de l’UN.

La Cour constitutionnelle a rejeté le recours de Paulette Missambo, actuelle présidente de l’UN. Son clan et elle avaient initié une action auprès de la plus haute juridiction gabonaise dans le cadre d’une bataille qui a commencé depuis que Paul-Marie Gondjout a perdu l’élection à la présidence de ce parti. Cette course à la tête de la formation politique a poussé celui-ci à annoncer, fin juillet dernier, la création d’une nouvelle tendance au sein de l’UN. Il l’a nommée Union nationale initiale (UNI), une branche composée des conservateurs du parti qui supportent Paul-Marie Gondjout.

Cette scission annoncée par le perdant a déclenché une guerre au sein de la formation politique à un an de la présidentielle. Le clan de Paulette Missambo, qui s’oppose fermement à l’existence deux branches au sein de l’UN, a donc déposé un recours auprès de la Cour constitutionnelle. Celle-ci s’est déclarée incompétente en la matière. « Seul le ministre chargé de l’Intérieur est compétent, en cas de difficulté, pour statuer sur les scissions advenues au sein des partis politiques, comme c’est le cas en l’espèce » indique l’arrêté de la Cour.

D’ailleurs, poursuivent les sages, ni les statuts, ni le règlement intérieur de l’UN ne prévoient de modalité de résolution de conflit en cas de scission. Cette information avait déjà été donnée par Paul-Marie Gondjout quelques mois plus tôt. « (…) Il n’y aucune disposition dans le parti qui interdit » la création d’une nouvelle tendance au sein du parti, avait-il déclaré. Le rejet de la demande du clan Missambo par la Cour constitutionnelle représente donc une victoire pour le clan UNI. Si le ministère de l’Intérieur fait pareil, ce sera la fin de l’UN telle qu’elle était auparavant. D’aucuns annoncent une implosion au sein du parti dans les semaines et mois à venir.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *