Le Nigeria accepte de verser 496 millions $ à Global Steel Holdings

Un conflit financier oppose les deux parties depuis 2008. L’affaire avait été portée devant la Chambre de commerce internationale qui a fini par donner raison à l’entreprise indienne.

Le gouvernement nigérian a accepté de verser 496 millions $ à Global Steel Holdings Limited dans le cadre d’un règlement à l’amiable du conflit qui oppose les deux parties depuis plusieurs années. Cette résolution évite au pays de payer les 5,25 milliards $ exigés par l’entreprise indienne.

Le différend est né de la révocation, par le pouvoir en place en 2008, d’un accord conclu entre le Nigeria et Global Steel. Ce contrat confiait à l’entreprise indienne, le contrôle de la National Iron Ore Mining Company. Une société sidérurgique située dans l’Etat fédéré de Kogi qui a été créée pour mettre en œuvre le plan d’industrialisation du Nigeria.

En 2008, le président de la République d’alors, Umaru Yar’Adua, a déclaré que les termes de l’accord n’étaient pas favorables au pays. Il l’a donc révoqué, contrairement aux propositions de son ministre de la Justice. Celui-ci avait recommandé d’attendre que le contrat vienne à terme.

Contrariée, l’entreprise indienne porte l’affaire devant la Chambre de commerce internationale. Elle remporte son procès contre le gouvernement et exige 5,25 milliards $ au titre des dommages et intérêts. L’administration d’Umara Yar’Adua n’a cependant pas payé cette somme. En 2020, l’entreprise a menacé de recourir une nouvelle fois à l’arbitrage international avec pour objectif d’obtenir jusqu’à 14 milliards $ contre les 5,25 milliards $ exigés au départ. Un avertissement qui a pressé les dirigeants actuels et les a poussés à négocier un règlement à l’amiable avec l’entreprise.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *