urgence_france24

France 24 veut ternir l’image du Gabon en pleine semaine climatique

Le Gabon fait actuellement l’objet d’éloges à l’échelle mondiale pour son engagement pour la cause climatique. Alors qu’il abrite la Semaine africaine du Climat, ses adversaires cherchent à salir sa réputation à l’aide d’un reportage qui s’apparente plutôt à un sabotage médiatique.

 Le Gabon abrite depuis lundi dernier la Semaine africaine du climat. Une rencontre qui permettra au continent de mieux se préparer pour la COP 27 qui aura lieu en Égypte. Si le monde entier s’attèle depuis plusieurs mois à saluer le Gabon pour son engagement pour la préservation de l’environnement, ses adversaires cherchent plutôt à ternir sa réputation.

C’est le cas de la chaîne France 24 qui annonce un reportage intitulé « Gabon : les ravages du pétrole low-cost ». Cette production audiovisuelle aura pour seul objectif de décrédibiliser le Gabon aux yeux du monde. Le but de la chaîne française, comme ça a été le cas par le passé, est de dramatiser quelques incidents qui ont été enregistrés dans la production pétrolière gabonaise. Des faits sans grande importance que France 24 veut traiter de « catastrophes environnementales ».

L’incident dont parle le média français n’est pourtant rien comparativement aux pires marées noires qu’a connues la France au cours de ces dernières années. On peut encore citer le cas du pétrolier Erika affrété par l’entreprise française TotalEnergies qui a déversé près de 18 000 tonnes de fioul dans l’Atlantique. La marée s’est étendue sur 400 km et a tué près de 200 000 oiseaux. Elle avait également généré environ 250 000 tonnes de déchets.

Le Gabon, acteur incontesté de la cause climatique

Contrairement au pays dont le Budget finance France 24, le Gabon est un absorbeur de carbone. Ses forêts qui couvrent 88 % de son territoire, séquestrent plusieurs millions de tonnes de carbone. Le pays s’apprête même à vendre 90 millions d’unités de crédits carbone sur le marché international, une première dans l’histoire.

Le Gabon s’est hissé au rang de superpuissance verte d’Afrique. Il est devenu incontournable sur les questions environnementales. Ovais Sarmad, secrétaire exécutif adjoint de la CCNUCC, a salué le Gabon et son président, Ali Bongo Ondimba, pour leur engagement en faveur de la protection de l’environnement et de la lutte contre le changement climatique.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *