M.Proos

L’EAIF lèvera 500 millions $ pour les infrastructures en Afrique

Emerging Africa Infrastructure Fund (EAIF) mobilisera 500 millions $ au profit des projets d’infrastructures en Afrique. Ce financement sera levé au cours des trois prochaines années. L’initiative intervient au moment où le besoin d’investissements directs sur le continent se fait de plus en plus sentir, notamment dans le secteur des infrastructures. « Nous sommes ouverts à l’Afrique. Nous sommes ouverts aux affaires là où il y a de bonnes opportunités » a déclaré Martijn Proos, responsable en charge de l’EAIF.

Selon la Banque africaine de développement (BAD), il faudra en moyenne 150 milliards $ par an pour combler les besoins de financement des infrastructures en Afrique. Les gouvernements n’arrivent cependant pas à mobiliser les fonds nécessaires. Ils sont alors contraints de se tourner vers des partenaires et des institutions de développement pour couvrir ce manque.

Très récemment, la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) s’est engagée à soutenir le continent noir dans la résolution de ses problèmes de financement. Elle compte surtout aider les pays à créer des marchés boursiers. Ceux-ci leur permettront de lever les capitaux dont ils ont besoin et de rompre avec la politique de la main tendue.

Pour rappel, l’EAIF a été créé en 2001 et est basé à Londres. Il est financé par des pays tels que le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Suisse et la Suède. Il a déjà permis de financer plus de 90 projets en Afrique à hauteur d’environ 2,1 milliards $.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *