Sonia-Essobmadje

La CEA veut aider les pays africains à créer des marchés de capitaux

L’Afrique manque cruellement de marchés de capitaux. Ceux existants sur le continent sont sous-développés et n’arrivent pas à financer suffisamment le développement des secteurs public et privés. C’est ce qu’a déclaré Sonia Essobmadje, chef de la section Finances innovantes et marchés de capitaux de la Division du développement du secteur privé et des finances chez la CEA (Commission économique de l’Onu pour l’Afrique). D’après elle, moins de 30 pays africains disposent de Bourse et très peu de sociétés y sont cotées.

La CEA souhaite donc aider le continent à changer la donne. Elle s’engage à soutenir l’Afrique pour qu’elle se dote de véritables marchés boursiers. Ceux-ci permettront de résoudre un important problème auquel sont confrontés les pays : le manque de financement. Avec des marchés boursiers, les États pourront lever des capitaux plus facilement en émettant des titres de créance et des actions.

Ils mobiliseront, lors de ces émissions, assez de capitaux, aussi bien en devises locales qu’étrangères. Ils n’auront plus besoin d’attendre l’aide extérieure avant de réaliser leurs projets d’envergure. « Des marchés de capitaux bien développés serviront également de passerelle pour les capitaux étrangers à la recherche d’opportunités d’investissement en Afrique » a déclaré Essobmadje.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *