Arresation-navire

La marine équato-guinéenne arrête un navire voulant voler du pétrole brut au Nigeria

La marine équato-guinéenne a arrêté un navire nommé MT Heroic Idun appartenant au norvégien Hunter Tankers AS et exploité par Trafigura Maritime Logistics. Le transporteur, disposant d’une capacité de stockage de 3 millions de barils de brut, fuyait les eaux nigérianes où il tentait de voler du pétrole.

MT Heroic Idun s’est rendu, le 8 août dernier à minuit, sur le champ pétrolier offshore d’Akpo exploité par TotalEnergies au large des côtes nigérianes. Étonnées par cette incursion, les forces marines ont contacté la Nigérian National Petroleum Corporation Limited (NNPCL) et les responsables de TotalEnergies pour se renseigner sur l’opération menée par ce navire en pleine nuit.

Les recherches ont permis de confirmer que le transporteur suspect n’avait aucune autorisation et n’était donc pas habilité à pénétrer ce champ. La marine nigériane a donc envoyé une unité spéciale pour interroger le MT Heroic Idun sur ses intentions. Le navire transportait 26 personnes dont 16 Indiens, 8 Sri Lankais, 1 Philippin et 1 Polonais. Suite à l’interrogatoire, le capitaine à bord du navire a fini par révéler qu’il était venu charger du brut dans le champ de TotalEnergies.

Il a aussi avoué qu’il ne disposait d’aucune autorisation légale pour mener cette opération. L’unité des forces marines nigérianes a donc ordonné au capitaine et à ses complices de se rendre à Bonny Fairway pour une enquête plus approfondie. Celui-ci a cependant décidé de ne pas obéir et aurait pris la fuite. Pour échapper à la marine nigériane, le navire aurait lancé une fausse alerte au Bureau maritime international (IMB). Il disait être attaqué par des pirates.

Une action conjointe des forces marines nigérianes et équato-guinéennes a finalement permis d’intercepter le navire, quatre jours après son évasion. Cette arrestation est « un fort avertissement à l’endroit des criminels, de leurs sponsors et de leurs complices » a déclaré la marine nigériane. Cette dernière les met en garde contre toute incursion non autorisée dans les eaux nigérianes.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *