Alain-Ebobisse

L’Afrique a de quoi assurer son développement sans l’aide extérieure (Africa 50)

Les États africains disposent d’une source de financement inexploitée qui pourrait les aider à soutenir leur développement économique. Ils n’auraient plus besoin de recourir à l’aide extérieure ou aux emprunts obligataires. Il s’agit des actifs détenus par les assureurs, les fonds souverains, les fonds de pension et les Caisses de dépôts, présents sur le continent.

Ceux-ci administrent 2000 milliards $ d’actifs. Une somme suffisante pour couvrir les besoins de financement intérieur, notamment dans le domaine des infrastructures. Le problème qui se pose réside cependant dans les multiples entraves réglementaires qui limitent la contribution de ces investisseurs institutionnels en Afrique, rapporte le média Africa 24. « Il y a quelques cas où on a vu des investisseurs institutionnels investir dans l’infrastructure africaine, mais pas suffisamment » fait savoir Alain Ebobisse, directeur général d’Africa 50.

« Ce que nous voulons maintenant, poursuit-il, c’est d’augmenter sensiblement ce montant-là ». Il espère que des « initiatives comme le Forum des investisseurs souverains africains s’allient à Africa 50 et à la Banque africaine de développement pour dynamiser le domaine ». En combinant leurs forces, ils pourraient mettre fin au déficit de financement de l’Afrique. Ils pourraient, par la même occasion, changer l’image d’un continent toujours en attente de l’aide extérieure pour son développement. Pour rappel, Africa 50 est une plateforme d’investissement dédiée au financement des infrastructures sur le continent.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *