Jean-Ping

Gabon : L’opposant Jean Ping cité dans l’affaire des « biens mal acquis » en France

Le candidat malheureux de la présidentielle gabonaise de 2016, Jean Ping, pourrait bientôt être appelé à s’expliquer devant la justice française. Il vient d’être cité dans la grosse affaire des « biens mal acquis » par des proches de l’ancien président Omar Bongo.

D’après les enquêtes menées par la justice française, Jean Ping détient un énorme patrimoine immobilier à deux adresses différentes : Paris rue Quentin-Bauchart, 75008 et l’avenue d’Italie, 75013. Les biens qui ont été découverts sont actuellement passés au peigne fin par les autorités françaises. Jean Ping pourrait bientôt faire l’objet d’une mise en examen.

Ancien proche d’Omar Bongo

Avant de passer de l’autre bord, Jean Ping était un proche d’Omar Bongo Ondimba. Il a occupé divers postes ministériels sous le régime de cet ancien président. Ses liens avec le précédent régime se sont d’ailleurs renforcés grâce à sa relation amoureuse avec la fille d’Omar Bongo, Pascaline Mferry Bongo Ondimba. Ce qui lui permit de se constituer un important patrimoine et de recevoir plusieurs cadeaux grâce à l’ancien chef d’État.

Jean Ping « confondu » ?

La citation de Jean Ping dans l’affaire des « biens mal acquis » pourrait cependant surprendre plus d’un. Cet opposant politique n’a jamais cessé de s’en prendre au pouvoir en place, le qualifiant parfois d’illégitime. Dans l’affaire des biens mal acquis, des frères et sœurs de l’actuel président Ali Bongo Ondimba, ont plusieurs fois été cités.

L’occasion pour Jean Ping de critiquer le régime alors qu’aucun desdits frères ou sœurs d’Ali Bongo n’est au pouvoir. Le président lui-même, Ali Bongo, n’a jamais été cité dans cette affaire malgré les multiples tentatives de la justice française et la ferme espérance de l’opposition gabonaise de le voir impliquer.

Si Jean Ping, président de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) a fini par se trouver au cœur du dossier, contrairement à Ali Bongo, c’est que la justice française n’a rien trouvé à reprocher à l’actuel président, indique un expert en droit de l’opposition gabonaise, ayant requis l’anonymat. Selon lui, le discrédit que jetait Jean Ping sur le Chef de l’État, vient de se retourner contre lui-même. Le voilà donc « confondu », a-t-il déploré.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *