FFI

Les flux financiers illicites font perdre 88 milliards $ à l’Afrique par an

Des acteurs financiers africains se sont récemment réunis pour une table ronde organisée par TrustAfrica à Dakar. Le thème de cette rencontre était : « les derniers développements des flux financiers illicites et le rôle des médias africains ». Les participants ont réfléchi aux différents problèmes de financements auxquels sont confrontés les États africains.

L’un d’entre eux est relatif aux flux financiers illicites (FFI), une fuite illégale de capitaux qui se produit lorsque l’argent est gagné, transféré ou dépensé de manière prohibée. D’après le groupe de réflexion TrustAfrica, l’Afrique perd près de 88,3 milliards $ chaque année à cause des FFI. Une telle somme représente près de 4% du PIB continental.

Éradiquer toute pratique facilitant et contribuant aux FFI est désormais une « urgence absolue » selon les acteurs, rapporte AllAfrica. Les fonds perdus pourraient être utilisés pour accélérer la transformation économique et le développement de l’Afrique. Cette dernière n’aurait même pas besoin de l’aide extérieure si cette fuite illégale n’avait pas lieu chaque année, selon John Kaninda, avocat spécialiste des lois et de la fiscalité minière et énergétique.

Les principaux canaux de fuite des capitaux sont les entreprises. Les acteurs financiers invitent donc les dirigeants à renforcer la surveillance des multinationales et surtout le suivi des activités minières. « Les États africains doivent savoir prendre les décisions politiques qui s’imposent » a déclaré Dr Malado Agne, enseignant-chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *