Total

TotalEnergies rejoint les multinationales qui se retirent du marché nigérian

TotalEnergies veut vendre sa participation au sein d’une coentreprise exploitant 20 licences d’exploitation pétrolière au Nigeria. L’annonce a été faite hier par le directeur général de la société, Patrick Pouyanné. La compagnie française s’apprête ainsi à se retirer du marché nigérian, rejoignant Shell qui cherche aussi à céder ses actifs locaux parce qu’ils ne sont plus compatibles avec ses engagements climatiques. Sans oublier ExxonMobil qui a accepté plus tôt cette année de vendre ses parts dans une société d’exploitation pétrolière nigériane.

TotalEnergies a expliqué que la raison de son retrait est liée aux difficultés rencontrées depuis quelque temps. « La perturbation des communautés locales est une source de grandes inquiétudes » a déploré Pouyanné. Le DG de la major française veut ainsi parler des sabotages répétés au niveau de ses infrastructures. Le syndicat Petroleum and natural gas senior staff association of Nigeria a récemment révélé que des brigands détournent d’importantes quantités de pétrole au niveau des pipelines.

À titre d’exemple, le plus grand oléoduc du pays n’a fourni, aux entreprises en charge de son exploitation, que 5% du volume de pétrole qui y a été injecté durant tout le mois d’octobre 2021. Ce vol s’est réitéré les mois suivants. Les compagnies TotalEnergies et Shell se sentent, par ailleurs, victimes de poursuites judiciaires récurrentes pour des fuites de pétroles dont elles ne sont pas responsables. D’après elles, les fuites et les déversements pétroliers surviennent lorsque les brigands sabotent leurs installations.

Le retrait continu des entreprises étrangères pourrait faire baisser l’intérêt des investisseurs internationaux pour le développement de l’industrie des hydrocarbures nigériane. Or, les autorités ont voté une loi l’année dernière pour les attirer davantage. Elles doivent donc prendre des mesures adéquates pour résoudre le problème. Des actions doivent être menées pour assurer un meilleur cadre d’opération pour les firmes étrangères.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *