Le Burkina Faso valide une transition de 3 ans

La période de transition pour le retour à l’ordre constitutionnel au Burkina Faso sera de 3 ans. Cette décision a été prise par les forces vives de la nation à l’issue des assises générales. Les participants à cette conférence sont composés des putschistes, des partis politiques, des syndicats, de la société civile, et des représentants des jeunes et des femmes.

La Charte constitutionnelle de la transition, validée au cours de ces assises, a été signée par le chef de la junte. Il s’agit d’un « document consensuel » pour les leaders de l’opposition. Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba dirigera ainsi le Burkina Faso pendant 36 prochains mois. Ses principales missions seront : la lutte contre le terrorisme et la restauration de l’intégrité et de la sécurité du territoire national. Damiba devra également œuvrer efficacement contre la crise humanitaire et socio-économique qui sévit au Burkina Faso.

Selon les termes de la Charte, le chef de la junte ne sera pas candidat à l’élection présidentielle qui sera organisée à l’issue de la période de transition. Il ne sera pas éligible aux élections législatives et municipales. Aucun des membres du gouvernement de transition ne pourra être candidat aux prochaines élections. La Charte prévoit des institutions pour conduire cette période de transition. Il s’agit notamment du Conseil d’orientation et de suivi de la transition, et de l’Assemblée législative de transition composée de 75 membres.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *