18 milliards $ pour lutter contre le VIH et le paludisme

Le Fonds mondial s’est engagé à mobiliser 18 milliards $ pour renforcer la lutte contre le VIH/Sida, le paludisme et la tuberculose. Ces maladies comptent plus de victimes en Afrique que dans le reste du monde. Plus de 90% des décès causés par la malaria ont été recensés sur le continent africain.

Les fonds recherchés permettront de réduire de 64% le taux de mortalité de ces trois maladies. Plus de 20 millions de personnes pourront alors être sauvées entre 2024 et 2026. Le Fonds mondial veut relancer une riposte qui a été ralentie ces deux dernières années en raison de la Covid-19.

« Face aux répercussions catastrophiques de la Covid-19 sur la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, il n’y a pas d’équivoque : soit nous augmentons le financement, soit nous abandonnons tout espoir de mettre fin à ces épidémies, d’ici 2030 ». C’est ce qu’a déclaré Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial cité par l’Agence Ecofin.

L’initiative est d’autant plus urgente quand on tient compte de l’avertissement de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). L’institution onusienne a déclaré que « la surmortalité due au paludisme pourrait être plus importante que la mortalité directe due à la Covid-19 ».

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *