La précarité des systèmes financiers pourrait enfoncer les pays pauvres dans une récession économique

Les pays pauvres, dont une bonne partie se trouve en Afrique, courent le risque d’entrer en récession malgré leurs efforts pour relancer leurs économies. Cela ressort du nouveau rapport de la Banque mondiale intitulé « La finance au service d’une reprise équitable ». L’institution indique que les pays pauvres pourraient être pris au piège d’une contraction économique à cause de la précarité de leurs systèmes financiers. L’absence de transparence sur leur niveau d’endettement constitue également un risque très important.

Avec la hausse des besoins générés par la Covid-19, les pays pauvres se sont davantage endettés pour faire face à la crise. Cela a entraîné une augmentation inédite de leur dette souveraine. La priorité accordée à la relance économique, financée par des emprunts, pourrait priver les secteurs essentiels tels que la santé, l’éducation et la protection de ressources indispensables. Une situation qui entraînera une augmentation des inégalités sociales et une explosion du nombre de pauvres, comme c’est déjà le cas.

La Banque mondiale recommande que tous les secteurs, notamment ceux sus-cités, se voient consacrer d’importantes ressources. « Il est essentiel (…) de veiller à ce que les capitaux soient affectés de manière à stimuler la croissance ». C’est ce qu’a déclaré le président du groupe de la Banque mondiale, David Malpass, cité par Sika Finance. Il faudra, selon lui, accorder plus de moyens aux ménages pauvres pour faire face à la crise. Cette mesure permettra de s’assurer que la relance économique se fait à tous les niveaux sociaux. Elle aidera à éviter que les inégalités ne se creusent davantage.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *