536 millions $ pour renforcer les infrastructures routières entre le Cameroun et le Tchad

La Banque mondiale a promis un financement de 536,54 millions $ pour la réalisation des travaux de renforcement des infrastructures routières sur le corridor Douala-N’djamena. « L’amélioration du corridor ferroviaire et routier entre le Cameroun et le Tchad est nécessaire à la compétitivité ». Elle contribuera également « à une meilleure intégration de ces deux pays dans le marché régional ». C’est ce qu’a déclaré Abdoulaye Seck, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Cameroun.

Le renforcement des infrastructures routières sur ce corridor facilitera les échanges commerciaux entre le Cameroun et le Tchad. Faut-il le rappeler, 35% des produits de consommation du Cameroun transitent par cet axe. Cette même route dessert 20% de la population tchadienne. « La Banque mondiale sait d’expérience que les investissements dans les infrastructures, en particulier lorsqu’il s’agit d’un corridor région, sont plus efficaces lorsqu’ils sont associés à des mesures réglementaires » fait savoir Boutheina Guermazi, directrice de la Banque mondiale pour l’Afrique du Nord. C’est ce qui justifie le soutien annoncé par l’institution financière. 

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *