Le Cap-Vert devient État-partie de la Zlecaf

Le Cap-Vert vient de ratifier l’accord instituant la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF). Il en devient ainsi le 41e État-partie. Le secrétaire général de la ZLECAF, Wamkele Mene, a salué cette initiative qui rapproche plus l’Afrique de son objectif. Celui de devenir le plus grand marché continental du monde avec plus de 1,4 milliard de consommateurs.

La ratification de l’accord par 41 pays africains démontre « une volonté politique sans équivoque de réaliser l’intégration du marché en Afrique », indique l’Union africaine dans un communiqué. La ZLECAF permettra de lever les barrières liées aux échanges commerciaux en Afrique. Elle fera éliminer les droits de douane entre les Etats-parties. Les échanges seront notamment facilités dans les secteurs de la communication, des services financiers, du tourisme, du transport et du commerce.

La Banque africaine d’import-export (Afreximbank) est l’un des principaux partenaires de la ZLECAF. Elle a procédé vers la fin de l’année dernière, au lancement d’un système de paiement transfrontalier nommé PAPSS. Une plateforme devant permettre aux commerçants et aux clients africains d’effectuer des transactions à coûts réduits et depuis n’importe quelle devise locale du continent.

« Avec la mise en œuvre de la ZLECAf, le continent peut doubler le commerce intra-africain d’ici 2030. Il peut également réduire sa dépendance à l’égard des importations et créer plus d’emplois ». C’est ce qu’a déclaré le président nigérian, Muhammadu Buhari, cité par Comprendre.media. Il s’exprimait ainsi lors d’un discours à la 2e Foire commerciale intra-africaine (IATF2021) à Durban, en Afrique du Sud. 

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *