Tunisie : le Conseil supérieur de la Magistrature dissous par le président Saïed

Le président tunisien Kaïs Saïed a dissous le Conseil supérieur de la Magistrature (CSM). Cet organe chargé de nommer les juges « appartient au passé à partir de ce moment » a-t-il déclaré, hier. Le CSM est accusé d’être partial et de servir les intérêts de certains. Kaïs Saïed reproche également à l’organe d’avoir plongé dans des faits de corruption et d’avoir ralenti la procédure judiciaire lors des enquêtes sur des assassinats de militants de gauche en 2013.

La dissolution du CSM fait suite à un appel de ces militants qui ont demandé de « purger » le pouvoir judiciaire des « magistrats corrompus », rapporte Le Monde. Le CSM dénonce « une atteinte à la Constitution et aux garanties d’indépendance de la justice ». Ses membres « continueront à siéger », fait-il savoir dans un communiqué. L’organe indique qu’il ne sera dissous que dans le cadre juridique et constitutionnel. Le président Saïed vient ainsi de suspendre une nouvelle institution de la République. Il s’était arrogé les pleins pouvoirs de l’Etat tunisien depuis juillet dernier où il a suspendu le gouvernement et le Parlement. 

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *