CEDEAO : lorsque la crise au Mali affecte la notation des institutions financières de la région

La crise politique et économique qui sévit dans les pays ouest-africains où des coups d’Etat ont été effectués, porte un coup à la notation des institutions financières de la région. La situation au Mali a déjà entraîné la revue à la baisse de la note de qualité de crédit de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et de la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC). L’Agence Fitch Ratings leur a respectivement accordé BBB avec perspective stable et B avec perspective négative.

Chacune de ces institutions a octroyé des prêts au Mali. Ce dernier n’est maintenant plus en mesure d’honorer ses engagements financiers. Cela est dû aux sanctions imposées par la CEDEAO et l’UEMOA. Il s’agit notamment de celles concernant le gel des avoirs du pays. L’incapacité du Mali à rembourser ses dettes dans les délais forcera donc la BOAD et la BIDC à faire des provisions. D’autant plus que le Mali représentait en 2021, 12% du portefeuille de prêts de la BOAD et 12% de ceux de la BIDC.

Cette situation dégrade le coût de risque de ces institutions, rapporte Sika Finance. « L’impact économique des sanctions pourrait nuire à la capacité de ces emprunteurs non-souverains à assurer le service de leur dette » fait savoir l’agence de notation. Cette situation pourrait perdurer « même après la levée des sanctions ». 

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *