Burkina Faso : vers la confirmation d’un coup d’Etat

Le président du Burkina Faso a été arrêté par des militaires selon des sources sécuritaires citées par RFI. Un officier confirme qu’il y a eu un coup d’Etat et qu’une déclaration sera faite dans les prochaines heures. Des mutineries ont éclaté hier dans plusieurs casernes militaires à Ouagadougou et dans certaines villes.

Des coups de feu ont retenti près du domicile du président Roch Christian Kaboré. Un bâtiment appartenant au parti du Chef de l’Etat a été incendié en fin de journée. Des responsables gouvernementaux sont sortis quelques heures plus tard pour rassurer la population et la communauté internationale que la situation était sous contrôle. « Le calme est déjà revenu dans certaines de ces casernes » a déclaré le ministre de la Défense, Aimé Barthelemy Simpore.

Des tensions montent depuis longtemps dans le rang des civils pour faire partir le président Kaboré. Le week-end dernier encore, une manifestation publique a eu lieu dans le pays pour exiger la démission du Chef de l’Etat. Les civils fustigent son incapacité à gérer la crise islamique qui touche le pays. « Nous voulons que les militaires prennent le pouvoir. Notre démocratie n’est pas stable » a déclaré Salif Sawadogo, un civil cité par Bloomberg.

« Nous sommes actuellement sous une forme de dictature. Un président qui n’est pas capable de prendre des mesures de sécurité pour protéger son peuple n’est pas digne de sa fonction » a dénoncé, Aimé Birba, un autre civil ayant manifesté le week-end dernier. La CEDEAO a déjà sorti un communiqué pour réaffirmer son soutien au président Kaboré. L’Organisation régionale appelle les différentes parties au dialogue. 

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *