Le Mali toujours ouvert au dialogue avec la CEDEAO malgré le désaccord

La République malienne a décidé de ne pas opter pour une fermeture totale à la sous-région ouest-africaine. Hier, le président de la transition, Assimi Goïta, a déclaré qu’il reste ouvert au dialogue avec la CEDEAO. Ce, « même si nous regrettons le caractère illégitime, illégal et inhumain de certaines décisions », précise le chef de la junte au pouvoir.

Il se dit disposé à « trouver un consensus entre les intérêts supérieurs du peuple malien et le respect des principes fondamentaux de l’organisation ». Le colonel Goïta a invité ses compatriotes au calme et à la « résilience » face aux sanctions de la CEDEAO.

Le week-end dernier, l’organisation régionale a imposé de dures mesures restrictives au Mali. La cause est le non-respect du calendrier électoral fixé par cette dernière. Entre autres sanctions, on peut citer la suspension de toutes transactions commerciales avec le Mali. Cette mesure ne concerne cependant pas les produits de grande consommation et de première nécessité.

Autre sanction, le gel des avoirs du Mali dans les banques centrales de la CEDEAO et dans les banques commerciales de ses pays membres. Toutes les aides et toutes les transactions financières à destination du Mali ont également été suspendues. Autant de restrictions qui plongeront davantage le pays dans la crise politique, sociale et économique qu’il traverse. Rappelons toutefois que le Mali, face à ces sanctions, a décidé de fermer toutes ses frontières avec les pays de la CEDEAO.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *