Ethiopie : une amnistie pour les opposants y compris les membres du TPLF

Le gouvernement éthiopien a déclaré qu’il accordera l’amnistie à plusieurs opposants. Figurent parmi ceux-ci, des dirigeants du Front populaire de libération du Tigré (TPLF). Ce parti est en conflit avec le gouvernement éthiopien depuis plusieurs mois.

Les autorités du pays ont aussi annoncé la libération de plusieurs personnalités politiques incarcérées. Cette mesure vise à « ouvrir la voie à une solution durable aux problèmes de l’Ethiopie, de façon pacifique et non-violente » indique un communiqué du gouvernement, cité par Le Monde. Elle fait suite à l’appel lancé par le Premier ministre Abiy Ahmed à l’occasion de la célébration du Noël orthodoxe. Il a exhorté tout le peuple à « la réconciliation nationale ».

En effet, poursuit le communiqué, « la clé d’une unité durable est le dialogue. L’Ethiopie fera tous les sacrifices à cette fin ». Cette décision du gouvernement éthiopien a été saluée par les Nations unies. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a déclaré qu’il « reste activement engagé à aider l’Ethiopie à mettre fin aux combats et à rétablir la paix et la stabilité ». Les Etats-Unis promettent quant à eux d’œuvrer à ce que « tout élan positif tiré de ces discussions puisse se concrétiser ».

Pour rappel, le confit entre le TPLF et le gouvernement éthiopien a commencé depuis 14 mois. En novembre 2020, le Premier ministre éthiopien a envoyé l’armée fédérale pour destituer les autorités du Tigré qui proviennent pour la plupart du TPLF. Abiy Ahmed les accusait d’avoir attaqué les bases militaires éthiopiennes et d’avoir contesté son autorité. Les conflits entre les forces éthiopiennes et tigréennes ont causé la mort de centaines d’hommes et le déplacement de près d’un million de personnes.  

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *