Soudan : le Premier ministre Hamdok démissionne suite à l’échec d’un consensus entre civils et militaires

Le Premier ministre soudanais, Abdalla Hamdok, a annoncé sa démission hier suite à l’échec d’un consensus entre civils et militaires. Les putschistes refusent en effet de partager le pouvoir avec les civils. Ces derniers continuent à manifester dans le pays pour faire partir les auteurs du coup d’Etat. Le Soudan risque d’être plongé dans le chaos s’il n’y a pas de consensus national, prévient Hamdok lors de l’annonce de sa démission. Son départ laisse désormais la transition entre les mains des militaires.

Suite au coup d’Etat d’octobre dernier, Abdalla Hamdok a été déchargé de ses fonctions de Premier ministre par les putschistes. Des violences ont sévi dans le pays, faisant plusieurs morts. Face à l’ampleur de la situation, les militaires ont décidé de conclure un pacte avec la partie civile pour réduire les manifestations contre leur régime. Le pacte incluait qu’Hamdok soit réinvesti dans ses fonctions de Premier ministre.

Cette initiative de l’armée n’a cependant pas fonctionné puisque les manifestations ont persisté. La population soudanaise réclame que le pouvoir soit uniquement détenu par des civils. Les protestations se poursuivent pour faire entendre raison à l’armée. Celle-ci ne semble pourtant pas vouloir céder le pouvoir. Hier, deux Soudanais ont été abattus lors des manifestations à Omdurman. Hamdok a lancé un vibrant appel lors de son allocution hier. « À nos forces armées et à toutes les agences de sécurité régulière, je dis : le peuple est l’autorité souveraine finale ». 

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *