Nigéria : plusieurs milliers de réfugiés renvoyés des camps dans l’Etat du Borno

L’Etat de Borno a demandé aux réfugiés du camp de Bakassi de quitter les lieux. 42 000 déplacés environ ont été contraints de quitter cet endroit qui leur servait de refuge depuis sept années. Le gouvernement local ne compte pas s’en arrêter là. Son plan est de libérer les camps de déplacés de l’Etat de Borno de 50% d’ici 2022 et de fermer tous les sites du genre qui se trouvent sur son territoire à l’horizon 2026. Il a déjà fermé quatre sites abritant plus 86 000 personnes. Il compte bientôt en fermer 5 autres accueillant plus de 140 000 réfugiés.

Ce renvoi est dû aux abus, aux violences sexuelles, et aux détournements d’aide alimentaire, qui ont été constatés dans les camps, expliquent les autorités de Borno. Avant de partir, les familles ont perçu une aide alimentaire et financière accordée par le gouvernement local. Cet apport est censé les aider à tenir trois mois, le temps de trouver un nouvel habitat, rapporte Le Monde. Le renvoi précipité des réfugiés de l’Etat du Borno a été condamné par l’organisation Human Rights Watch. Celle-ci regrette le manque « de consultations pour préparer les déplacés à rentrer chez eux ou pour les informer des alternatives possibles ».

Personne ne sait ce que sont devenus ces milliers de réfugiés renvoyés des camps. Ce qui constitue un risque énorme pour les régions voisines à haut risque sécuritaire et alimentaire. « Les déplacements multiples risquent d’accroître les besoins dans des zones où la présence humanitaire est déjà limitée » alerte la coalition d’ONG internationales Forum Nigeria. « Cela est particulièrement préoccupant, compte tenu des indicateurs d’insécurité alimentaire dans la région » a-t-elle ajouté. Pour rappel, lesdits réfugiés avaient quitté leurs maisons à cause des violences perpétrées par les terroristes. 

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *