Afrique : des milliards $ de pertes dues au « take or pay » dans le secteur électrique

L’Afrique réalise des manques à gagner de plusieurs milliards $ à cause de la pratique « take or pay » dans le secteur électrique. Elle « perd des milliards de dollars sur des productions qu’elle n’arrive pas à absorber » a déclaré Magaye Gaye, économiste international. Ce dernier est intervenu dans une tribune du journal Le Monde.

La pratique du « take or pay » se retrouve dans plusieurs pays africains. Ne produisant pas eux-mêmes de l’électricité, les Etats sont obligés d’en acheter auprès des fournisseurs privés. Ces derniers signent alors un accord de vente avec le gouvernement via la compagnie électrique publique. Les contrats contiennent des clauses « take or pay » qui obligent l’acheteur d’électricité à toujours payer une quantité d’énergie donnée même s’il n’en consomme pas la totalité.

Ce qui fait que les pays africains payent régulièrement, une capacité d’énergie dont une partie est gaspillée. Ladite clause est dommageable pour les pays en développement, déplore Gaye. Il faudrait, selon lui, remplacer le « take or pay » par le « pay after taking ». Cela permettra aux Etats de ne payer que ce qu’ils ont consommé. Les gouvernants devraient adopter cette solution qui serait plus bénéfique pour leurs économies. Quant au « take or pay », « il faut le condamner avec vigueur » martèle Magaye Gaye. L’économiste est aussi enseignant à l’Institut supérieur de gestion de Paris.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *