Burundi : l’UE prolonge les sanctions économiques jusqu’en février 2022

L’Union européenne (UE) vient de prolonger les sanctions économiques à l’encontre du Burundi, jusqu’en février 2022. Aucune explication n’a été donnée, rapporte RFI. Toutefois, « une décision sera prise par un Conseil des ministres de l’Union européenne au début de l’année prochaine ». Lesdites sanctions datent de 2015. Elles ralentissent la sortie de crise du Burundi qui a plus de mal à renflouer ses caisses. Entre autres problèmes auxquels le pays est confronté depuis quelques années, on peut citer le manque criard de devises, l’inflation haussière, les pénuries de carburant et des produits de première nécessité.

Le prolongement des sanctions économiques vient malheureusement s’ajouter à l’allongement de celles ciblées contre les personnalités burundaises. Le mois dernier, l’UE a en effet étendu ces dernières sanctions jusqu’au 31 octobre 2022. Pour rappel, ces mesures ont été imposées en raison des nombreuses violations des droits de l’Homme constatées dans le pays. Celles-ci ont été notamment perpétrées sous le règne de l’ancien président burundais, Pierre Nkurunziza.

L’Union européenne a imposé des restrictions liées au voyage en territoire européen et au gel des avoirs des personnes impliquées. Elle avait également suspendu toute aide au gouvernement burundais. Dans un très récent rapport, l’ONU déclare que la situation des droits humains ne s’est cependant pas améliorée sous le nouveau régime. Elle reste « désastreuse ». Pire, elle s’est « à certains égards détériorée » depuis la prise de pouvoir du président Évariste Ndayishimiye. 

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *