Le Zimbabwe doit restructurer sa dette pour bénéficier d’un nouveau financement du FMI

Le Fonds monétaire international (FMI) a demandé au Zimbabwe de restructurer sa dette extérieure de 10,5 milliards $. C’est la condition sine qua non pour bénéficier à nouveau d’un prêt de l’institution. Le niveau d’endettement du pays a atteint un niveau insoutenable, a déclaré Dhaneshwar Ghura. Ce dernier est le chef de mission du FMI pour le Zimbabwe. En 2020, la dette publique était estimée à 86 % du PIB.

« Un nouvel accord financier avec le FMI nécessitera une voie claire vers la restructuration complète de la dette extérieure du Zimbabwe. L’apurement des arriérés et l’obtention d’assurances de financement auprès des créanciers sont aussi exigés » indique le prêteur dans un communiqué. Les principaux créanciers du Zimbabwe sont le Club de Paris, la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque mondiale. Le Trésor national a commencé cette année à rembourser une partie des 3,78 milliards $ qu’il doit au Club de Paris.

L’économie zimbabwéenne devrait croître de 6 % du PIB en 2021 selon le FMI. Cette prévision est inférieure à celle du Trésor qui tablait sur une progression de 7,8 % du PIB. Le Zimbabwe a enregistré deux récessions consécutives au cours des deux dernières années. La performance de cette année devrait être soutenue par une meilleure récolte agricole et une production minière améliorée, pour ne citer que ces facteurs. 

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *