5 millions $ ont été décaissés sans autorisation chez Shelter Afrique

L’institution financière de développement Shelter Afrique est au centre d’une affaire de corruption et de détournements de fonds. Des « pratiques de mauvaise gestion » ont été détectées au sein de l’organisation au début de cette année. Une enquête a alors été lancée par le Conseil d’administration pour mettre la lumière sur les faits évoqués. L’investigation a été menée par le réseau mondial de cabinets comptables nommé PKF. Cette enquête a permis de confirmer les soupçons.

En réalité, 5 millions $ ont été décaissés chez Shelter Afrique sans l’autorisation de son Conseil d’administration. Cette situation résulte d’une politique de gestion de ressources humaines chaotique et de l’absence de contrôles effectifs, rapporte Financial Afrik. Les auteurs de l’investigation révèlent qu’il y aurait eu des détournements de fonds, du népotisme et de la corruption. Les fonds décaissés à l’insu de l’institution concernent notamment trois projets.

Le plus important est nommé Rugarama. Il a été réalisé au Rwanda. 2,3 millions $ ont été décaissés chez Shelter Afrique le 29 avril 2020 au bénéfice de Remote Group, en charge du projet. Ce déblocage de fonds viole les procédures de prêt qui assurent les intérêts de l’institution financière. Il a été effectué sans garantie de restitution d’acompte, sans caution de bonne exécution et sans utilisation de compte séquestre. De plus, il était prévu un financement de 1,3 millions $ pour Remote Group et non de 2,3 millions $. Cette opération illégale a été menée par certains responsables de Shelter Afrique. Pour rappel, Shelter Afrique est basé à Nairobi et fournit des financements dans le secteur de l’habitat.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *