Au Mali, l’insécurité règne sur 80 % du territoire (Premier ministre)

Le Premier ministre malien, Choguel Kokalla Maïga a déclaré que « l’insécurité et le terrorisme occupent 80 % » du territoire national. Il s’exprimait ainsi face aux émissaires de l’ONU. Il leur expliquait de cette manière que les conditions ne sont pas encore réunies pour tenir des élections. « Les élections ne sont pas une fin en soi » rappelle le Premier ministre. « (…) Aucun acteur majeur ne peut aller battre campagne en dehors des capitales régionales » à cause de l’insécurité.

Depuis la prise du pouvoir exécutif par le colonel Assimi Goïta, la communauté internationale met la pression sur le Mali pour une tenue rapide et transparente des élections. Celles-ci devraient permettre de laisser le pouvoir aux civils et de renvoyer les militaires dans leurs casernes. La situation qui prévaut actuellement dans le pays ne permet cependant pas d’organiser un quelconque scrutin.

« Nous travaillons donc à créer le minimum de condition de sécurité » indique Choguel Maïga. Un climat sécuritaire apaisé est essentiel « pour avoir une large frange de la population, y compris les réfugiés qui doivent revenir au pays pour aller aux élections. (…) Les forces patriotiques qui sont à la tête de l’Etat n’ont d’autre agenda que celui du redressement du Mali » a-t-il rassuré.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *