Soudan : le gouvernement saisit les actifs de la compagnie pétrolière Petronas

Le gouvernement soudanais de transition a confisqué les actifs de la compagnie pétrolière Petronas. La société malaisienne aurait acquis ses avoirs soudanais de manière illégale. Ce serait sous le régime de l’ancien président Omar El-Béchir. Petronas opérait jusque-là en République soudanaise via sa filiale dénommée Nada Properties Co. (NPCL). Toutes les propriétés de cette dernière ont été transférées au ministère soudanais des Finances.

La compagnie s’est opposée à cette expropriation. Elle traite ces allégations d’infondées. Elle déclare avoir enregistré sa filiale NPCL, en vertu de la loi soudanaise, suite à un appel d’offres. Pour des experts cités sur le média Daily Sabah, « les allégations agressives et infondées des autorités soudanaises pourraient être un obstacle à l’entrée des investissements étrangers dans le pays ». La compagnie Petronas est présente au Soudan depuis plus d’une vingtaine d’années. Elle a aidé le pays à devenir un pays exportateur de pétrole. C’était bien avant que ce dernier ne soit sanctionné par les Etats-Unis pour parrainage du terrorisme.

Le gouvernement soudanais de transition s’est engagé à reprendre tous les biens et avoirs nationaux qui ont été mal acquis par des étrangers. Il a mis sur pied le Comité d’élimination, de lutte contre la corruption et de récupération des fonds de l’Etat soudanais (ERC). L’organe est chargé d’examiner tous les accords passés sous le régime d’Omar El-Béchir pour en ressortir ceux qui sont illégaux. D’après des sources proches de l’ERC, des accords conclus avec la Russie, la Turquie, le Pakistan et le Qatar seraient les prochaines cibles des autorités. 

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *