Accord minier sino-congolais : « Un préjudice sans précédent dans l’histoire du Congo »

L’accord minier conclu entre la République démocratique du Congo (RDC) et l’Empire du Milieu serait tout simplement une arnaque chinoise. C’est ce qui ressort d’un rapport réalisé par un consultant pour le compte de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE). Ce document, quoique provisoire, révèle une politique chinoise visant à surexploiter les ressources minières congolaises en échange de quelques miettes pour le pays africain. Il y est écrit que l’accord minier sino-congolais n’est qu’ « un préjudice sans précédent dans l’histoire du Congo ».

Ledit accord consistait aux deux pays de créer une joint-venture dénommée Sicomines. La Chine devait alors investir 6 milliards de dollars dans la construction des infrastructures prioritaires (scolaires, sanitaires, routières, etc…) en RDC. En échange, cette dernière allait laisser l’Empire du Milieu exploiter ses matières premières. Sauf que cette convention sino-congolaise était dès le départ défavorable à la partie congolaise. Déjà, la RDC ne détient que 32% de parts sociales dans la Sicomines. Or, c’est pourtant elle qui apporte l’essentiel des actifs de cette joint-venture grâce à ses importants gisements miniers.

De plus, le rapport indique que l’étude de faisabilité réalisée par la Chine avait sous-évalué depuis le début, les réserves des gisements congolais. Il ressort également du rapport que la Chine n’a presque rien tenu des engagements qui étaient siens dans ladite convention. Depuis 2008 où cette convention a été signée, la Chine n’a même pas encore décaissé 1 milliard USD sur les 6 milliards USD prévus. Pis, les nombreux projets prioritaires qui devaient déjà être réalisés en contrepartie, ne l’ont jamais été.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *