Transition vers des énergies renouvelables : des pays producteurs de pétrole à contre-courant ?

Les pays qui ont récemment commencé à produire du pétrole risquent de ne pas suivre la tendance mondiale visant à se détourner des énergies fossiles. Pendant que tous se ruent désormais vers les sources d’énergie renouvelable, ceux-ci comptent exploiter leurs ressources pétrolières pour se développer. C’est ce qu’ils ont fait savoir au cours de la dernière conférence sur les technologies offshore.

Ils y ont présenté des plans ambitieux pour l’émergence de leurs industries pétrolières respectives. Parmi ces pays qui risquent de ne pas activement contribuer à l’abandon des énergies fossiles, figure le Ghana. « Nous avons des millions de personnes sans électricité en Afrique(…). La transition énergétique ne signifie pas que nous verrons nos ressources (pétrolières) inexploitées ». C’est ce qu’a déclaré le ministre ghanéen de l’Energie, Matthew Opoku Prempeh.
Tout comme lui, d’autres hommes d’Etat ont fustigé cette décision de se détourner totalement des énergies carbone. « Nous avons été appelés à laisser notre pétrole dans le sol. Nous pensons que c’est totalement injuste » a fustigé Bharrat Jagdeo. Il est le vice-président de la Guyane. D’après lui, la Guyane peut elle-même absorber toutes ses émissions de carbone puisque son territoire est à 75% couvert de forêts.

Au début de ce mois, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a tiré la sonnette d’alarme sur les conséquences dévastatrices des émissions de carbone. L’urgence planétaire est désormais de se détourner de l’exploitation et même de l’exploration des ressources générant d’importants gaz à effet de serre. « Les pays devraient (…) mettre un terme aux nouvelles explorations et productions d’énergies fossiles et déplacer les subventions aux énergies fossiles vers les renouvelables». C’est ce qu’a déclaré le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres. Pour lui, il n’y a plus d’excuses pour ne pas s’engager dans la marche contre le carbone puisqu’il s’agit de la survie de l’humanité.

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *