Nigeria : Shell payera 111 millions USD pour les dommages causés par la marée noire en 1970

Shell a accepté de payer des dommages et intérêts à la communauté Ejama Ebubu d’Ogoniland. Celle-ci a été victime de la marée noire de 1970 dans le sud du Nigeria. Après 13 ans de bataille juridique, le géant pétrolier s’est enfin engagé à verser une somme de 111 millions de dollars. C’est pour les dégâts causés par le déversement de pétrole à l’époque. Cette affaire, qui a été portée en justice par quatre agriculteurs de la région, vient enfin à son achèvement. 

« C’est une victoire douce-amère, car deux des plaignants, dont mon père, n’ont jamais vécu jusqu’à la fin de ce processus ». C’est ce qu’a déclaré Eric Dooh, fils de l’un des agriculteurs qui ont porté l’affaire devant les tribunaux. « Enfin, poursuit-il, il y a une certaine justice pour le peuple nigérian qui souffre des effets du pétrole de Shell ». 

Pendant la guerre civile nigériane, l’un des pipelines de Shell s’est rompu dans l’État de Rivers. Cela a entraîné l’écoulement du pétrole brut qui a pollué la terre, l’eau et l’écosystème marin de la région. « La plupart de nos gens ont dû fuir la communauté vers les villes et villages voisins » a déclaré Isaac Osaro Agbara. Il était le chef traditionnel de la communauté. Cette dernière « a eu instantanément faim. (…) Nous ne pouvions pas aller chercher et stocker de l’eau à usage domestique ». 

En 2010, un Tribunal fédéral nigérian a condamné Shell à payer 41,36 millions de dollars en guise de dommages et intérêts. L’entreprise a rejeté cette décision, déclarant qu’il était question de sabotage perpétré par un tiers. Elle a fait appel à la décision du Tribunal fédéral à maintes reprises. Elle a été à la Cour suprême nigériane qui a cependant confirmé la décision du Tribunal. En janvier dernier, la Cour d’appel de la Haye a également ordonné à Shell d’indemniser les victimes du déversement pétrolier. Jusqu’à présent par contre, l’entreprise continue de clamer son innocence et d’attribuer la cause du déversement pétrolier à un tiers. 

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *